Logo citescope

Trio violoncelle

17 juin 2024

Informations pratiques

Improvisatrices, compositrices et interprètes de musiques expérimentales contemporaines, Émilie Girard-Charest, Judith Hamann et Deborah Walker, ces trois violoncellistes ont développé une approche personnelle de leur instrument. Leurs projets ont été entendus dans des festivals et salles internationaux. Exploratrices des champs de la microtonalité, elles présenteront une œuvre de la compositrice Pascale Criton, spécialement conçue pour ce trio exceptionnel.


BIOGRAPHIES

Judith Hamann est une violoncelliste et interprète / compositrice originaire de Melbourne, Australie, basée à Berlin. Elle est reconnue comme « l’une des plus importantes violoncellistes australiennes de musique contemporaine » (RealTime Arts). Sa pratique de l’interprétation s’étend sur différents registres, de la musique improvisée, contemporaine et expérimentale à la musique populaire. Son travail aborde des notions telles que le « tremblement », le fredonnement, l’« effondrement » et la « dé-maîtrise » de la pratique instrumentale. Elle a travaillé avec des artistes et des ensembles tels que l’Australian Art Orchestra, Oren Ambarchi, Dennis Cooper, ELISION ensemble, Sarah Hennies, Graham Lambkin, Alvin Lucier, Toshimaru Nakamura, The Necks, Áine O’Dwyer, Stephen O’Malley, Éliane Radigue, James Rushford, Wadada Leo Smith, Ilan Volkov, Tashi Wada, La Monte Young et Marian Zazeela. Elle est membre de Golden Fur, Hammers Lake, The Argonaut String Quartet, l’Harmonic Space Orchestra, et développe des projets en duo avec Rosalind Hall, Anthea Caddy et Lori Goldston. Elle s’engage également dans une série de projets interdisciplinaires et expérimentaux, y compris des collaborations avec les artistes visuels Keith Deverell, Sabina Maselli, et les cinéastes Joshua Bonnetta et Benedetta De Alessi. Ses enregistrements ont été publiés par Blank Forms, Black Truffle, Saltern, Pogus, Another Timbre, Caduc et Marginal Frequency.

Émilie Girard-Charest est violoncelliste, compositrice et improvisatrice. Tant comme soliste qu’au sein de différents ensembles, elle se consacre activement aux musiques nouvelles. En tant qu’interprète, elle a participé à plus de soixante créations et a travaillé avec de nombreux compositeurs, dont Malcolm Goldstein, Michel Gonneville, Maxime McKinley, Joane Hétu, Jean-Luc Fafchamps, Hans Zender, Graciela Paraskevaidis, Enno Poppe et Fredrik Gran. Elle a participé à de nombreux festivals au Québec (Festival de musique actuelle de Victoriaville, OFF Festival de Jazz, Festival de Jazz de Montréal, Festival de Jazz de Québec, Montréal/Nouvelles Musiques), aux États-Unis (Avant-Music Festival), en Europe (Ars Musica, Klangspuren Schwaz et Impuls, Darmstadt Ferienkurse for Neue Musik et Donaueschingen Musiktage), au Chili (Encuentro Internacional de Compositores) et en Argentine (Sonido Presente). Émilie est diplômée du Conservatoire de musique de Montréal en violoncelle et en composition. Elle détient également un Master CoPeCo (Contemporary Performance and Composition) de la Hochschule für Musik und Theater Hamburg et un doctorat portant sur le développement d’une écriture ergonomique de la microtonalité au violoncelle sous la direction de Philippe Hurel et Laurent Pottier au CNSMD de Lyon. Elle est lauréate de la bourse de développement de carrière de la Fondation du Conservatoire de Musique de Montréal (2014) ainsi que du Prix d’Europe de Composition Fernand-Lindsay (2015).

Deborah Walker est une violoncelliste italienne basée à Berlin. Elle évolue dans plusieurs contextes de la musique expérimentale contemporaine, s’intéressant aux formes variées de notation, aux explorations du son et du geste et à l’interaction avec d’autres disciplines. Elle a joué dans des salles ou festivals internationaux tels que I Suoni delle Dolomiti, Italia Wave, ZKM in Karlsruhe, Centre Pompidou (Paris et Metz), Festival dʼAvignon, Festival Nomad MʼHamid (Maroc), Switch ON (Malaisie), Cafe Oto (Londres), Redcat (Los Angeles), MACBA (Barcelona), Tectonics (Glasgow). Une étroite collaboration la lie à Pascale Criton, Éliane Radigue, Philip Corner et Phill Niblock. Elle fait partie de l’ensemble Dedalus et de l’orchestre expérimental ONCEIM. Depuis 2003 Deborah joue régulièrement avec la violoniste Silvia Tarozzi. Leur répertoire inclut des pièces spécialement écrites pour elles de compositeurs tels qu’Éliane Radigue, Pascale Criton, Tim Parkinson ou Philip Corner, ainsi que des transcriptions et arrangements de chants traditionnels d’Italie du Nord. Apèrs un Master en « Création musicale et sonore » à l’Université Paris 8, Deborah Walker obtient un doctorat de l’Université de Lorraine avec une thèse sur les performances et éditions d’artistes Fluxus en Italie.

Pascale Criton a étudié la composition avec Ivan Wyschnegradsky, Gérard Grisey et Jean-Etienne Marie. Elle a suivi une formation en musique électroacoustique au CIRM – Centre International de Recherches Musicales à Nice, le cours d’informatique musicale pour compositeurs à l’IRCAM à Paris, et est titulaire d’un doctorat en musique et musicologie du 20ème siècle. Dans sa musique, elle explore les moindres détails des variations sonores ; spécialiste de la microtonalité, elle utilise des accordages spécifiques et des programmes informatiques pour mettre en évidence des effets acoustiques subtils et l’écoute dans l’espace. Sa musique a été jouée dans des festivals internationaux renommés tels que Documenta 14 à Kassel et Frequency Festival à Chicago. Elle a travaillé en étroite collaboration avec des studios de recherche musicale tels que le Groupe de Recherches Musicales de l’INA à Paris et le GMEM à Marseille. Son CD « Infra » (2017) a été récompensé par le prix Charles Cros.

Date

Lundi 17 juin 2024

Horaires

20h

Tarifs

Gratuit
Entrée libre
Dans la limite des places disponibles

Maison de l'Île-de-France

Demandez le programme

Restons en contact