Logo citescope

Échos de l’Avril portugais | Cinéma et dissidence

18 janv. 2024

Informations pratiques

L’année 2024 est marquée par les 50 ans de la révolution des Œillets, qui a mis fin à 48 ans de dictature au Portugal. A cette occasion, le Centre de recherches interdisciplinaires sur le monde lusophone (CRILUS) et la Chaire Lindley Cintra de Camões IP organisent un cycle de séminaires intitulé Le corps en ses mouvements, résistances, dissidences et protestations – Échos de l’Avril portugais.

Au croisement des commémorations du 25 avril 1974, en prospection de nouveaux regards disciplinaires et artistiques, il s’agira d’aborder le corps (et son/ses mouvement/s) dans son acception physique, politique et sociale, tant en ce qui concerne l’individu, que le groupe social auquel il est rattaché. Ce cycle se conclura avec un colloque, du 7 au 9 novembre 2024 qui fera le bilan des séminaires et rencontres programmés durant l’année Échos d’Avril, regards et mouvements d’hier et d’aujourd’hui.

Le premier séminaire aura lieu à la Maison du Portugal – André de Gouveia. La chercheuse Eurydice da Silva (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) interviendra sur le thème Cinéma et dissidence, filmer sous la contrainte pendant l’Etat Nouveau de Salazar. À partir de ses deux dernières publications [Filmer sous la contrainte : le cinéma portugais pendant l’État nouveau de Salazar (1933-1974), collection « Mondes de langue portugaise », Peter Lang, Bruxelles, 2022, et Cinéma et dissidence les ciné-clubs portugais pendant la dictature de Salazar, collection « La langue portugaise en cultures », Presses universitaires de Paris Nanterre, Nanterre, 2023], Eurydice da Silva évoquera la dynamique à l’œuvre entre politique et cinéma, entre répression et résistance, dans le contexte dictatorial portugais, dont les effets ne s’arrêtent pas avec la Révolution de 1974.

« Le corps est cela, cette expérience complexe du sujet, mais il est aussi corps social en tant qu’il est construit par l’ordre social. Ce n’est pas un donné universel mais un sujet de l’histoire ; mon corps est historique et il faut en faire une archéologie, Archéologie multiple qui impose de confronter les sociétés, les époques, les croyances » (Blay, 2018).

En partenariat avec le CRILUS – Centre de recherches interdisciplinaires sur le monde lusophone de l’Université Paris Nanterre, la Chaire Lindley Cintra de l’Université Paris Nanterre et le Lectorat de langue et culture portugaise de l’Université Paris 8 de Camões – Instituto da Cooperação e da Língua.

La Maison bénéficie du soutien financier de

Date

Jeudi 18 janvier 2024

Horaires

18h30

Tarifs

Gratuit
Entrée libre
Dans la limite des places disponibles

Maison du Portugal - André de Gouveia

Demandez le programme

Restons en contact